fr | de | en

Casino Luxembourg

Expositions

Banks Violette, Voidhanger (Twin Channel) / All Tomorrows Graves, 2006. Vanhaerents Art Collection, Bruxelles. Vue d'installation au Casino Luxembourg. © WILI - Media Makers, 2013.

Vue de l'exposition Altars of Madness avec les œuvres : Elodie Lesourd, Graveyard in the Snow, 2009. Collection Georges Bessière, Noirmoutier. Banks Violette, Beneath the Remains, 2005. Collection Migros Museum für Gegenwartskunst, Zurich. Harmony Korine, Death is Just the Beginning, 2000. Collection agnès b., Paris. © WILI - Media Makers, 2013.

Torbjorn Rodland, Fenriz no.2, 2001. C-print. Courtesy Air de Paris and Nils Staerk, Copenhagen.

18.5 — 15.9.2013

Altars of Madness

artiste(s): Matthew Barney, Nicholas Bullen, Larry Carroll, Grégory Cuquel, Damien Deroubaix, Seldon Hunt, Gregory Jacobsen, Theodor Kittelsen, Harmony Korine, Elodie Lesourd, Juan Pablo Macías, Maël Nozahic, Torbjorn Rodland, Steven Shearer, Mark Titchner, Gee Vaucher, Banks Violette
curateur(s): Damien Deroubaix, Jérôme Lefèvre

Le metal extrême émerge dans la seconde moitié des années 1980 à travers trois genres musicaux distincts corrélés par des principes, des esthétiques et des évolutions différentes : le grindcore, le death-metal et le black-metal. Comme toutes les cultures underground, le metal extrême n'est pas une histoire qui peut être vécue par procuration. Il apparaît donc qu'une partie des artistes dont l'oeuvre est marquée en profondeur ont été activement impliqués dans cette scène depuis un âge auquel ils ne se doutaient pas que leur pensée pourrait faire oeuvre un jour.
L'exposition Altars of Madness révèle l'oeuvre réunie de cette génération d'artistes marquée par le metal extrême et agrémentée de quelques autres s'étant fait les témoins pertinents de cette scène musicale ou ayant brillamment contribué à façonner son iconographie. L'exposition pose sans détour la question de l'extrême puis explore le genre musical sous les angles tour à tour de la politique, de la mort et d'un rapport païen au paysage.

Lucid fairytale
La première partie de l'exposition se concentre sur le grindcore et la dimension politique du metal extrême. Puisant sa source dans le mouvement punk des années 1980, les groupes de grindcore abordent avant tout des sujets politiques comme l'anarchie et l'anticapitalisme, et révèlent une certaine radicalité discursive et esthétique. Sous la revendication affichée de « noise not music », le grindcore se définit délibérément comme anti-musical, rugueux et inconfortable, ce qui se traduit visuellement par un langage anti-esthétique, agressif voire irritant. On peut remarquer une référence politique très nette dans les oeuvres de Mark Titchner, Damien Deroubaix, Juan Pablo Macías, Nicholas Bullen et Gee Vaucher, accusant d'une réalité abjecte du monde contemporain.


Death is just the beginning
La seconde partie de l'exposition correspond au death-metal, qui peut être interprété comme l'équivalent musical aujourd'hui de ce qu'était le « memento mori » et les symboles de vanité dans la peinture classique. Le groupes de death-metal puisent dans la thématique de la mort qui constitue selon eux la fin ultime et inévitable. De même, ils illustrent les pochettes de crânes ou d'autres métaphores relatives à l'errance et à la peur - à l'instar des représentations que l'on peut trouver chez Bosch et Brueghel. Des artistes comme Matthew Barney, Steven Shearer et Gregor Cuquel littéralement incorporent la symbolique de cette niche (à travers les instruments, le look, les logos) tandis que d'autres - comme Larry Carrol, Gregory Jacobsen et Maël Nozahic - développent une oeuvre plus introspective, explorant l'angoisse et l'ambiguïté dans toute leur violence en représentant personnages monstrueux et morbides voire paysages apocalyptiques.


Dark matter landscape
La troisième partie de l'exposition est consacrée au black-metal qui, sur le plan musical, oscille entre la rapidité extrême et des passages plus atmosphériques. L'humeur sombre et dépressive et ici couplée à une fascination pour la violence, le crime et le macabre. Le black-metal incarne une position nihiliste et païenne en renvoyant tantôt aux déités nordiques tantôt à tout ce qui peut incarner le mal. La richesse visuelle du black-metal a inspiré nombre d'artistes comme par exemple le maquillage singulier, en noir et blanc, des musiciens et les pochettes illustrant figures cadavériques et paysages nordiques. Le thème du paysage - dont même les titres de morceaux font référence - est récurrent dans cette partie de l'exposition et confèrent une note romantique et symboliste au black-metal en particulier dans les oeuvres de Torbjorn Rodland, Seldon Hunt et Theodor Kittelsen. D'autres artistes comme Banks Violette, Elodie Lesourd et Harmonie Korine se réfèrent directement à certains groupes de black-metal, à leurs pochettes ou aux codes spécifiques (maquillage, satanisme, violence).

En savoir plus
partenaires

Exposition réalisée en coproduction avec Le Confort Moderne.

Avec le soutien de l'Institut Français du Luxembourg, Office for Contemporary Art Norway et Embajadas ante el Reino de Bélgica y en Gran Ducado de Luxemburgo

En collaboration avec Kulturfabrik, Conservative Shithead, Philharmonie Luxembourg et M&R Rockhal.

En partenariat avec Summerblast Festival 2013
Le ticket d‘entrée au festival Summerblast offre l‘entrée gratuite à l‘exposition.

images

Banks Violette, Voidhanger (Twin Channel) / All Tomorrows Graves, 2006. Vanhaerents Art Collection, Bruxelles. Vue d'installation au Casino Luxembourg. © WILI - Media Makers, 2013.

Vue de l'exposition Altars of Madness avec les œuvres : Elodie Lesourd, Graveyard in the Snow, 2009. Collection Georges Bessière, Noirmoutier. Banks Violette, Beneath the Remains, 2005. Collection Migros Museum für Gegenwartskunst, Zurich. Harmony Korine, Death is Just the Beginning, 2000. Collection agnès b., Paris. © WILI - Media Makers, 2013.

Torbjorn Rodland, Fenriz no.2, 2001. C-print. Courtesy Air de Paris and Nils Staerk, Copenhagen.

Steven Shearer, Poem for Luxembourg, 2013. © WILI - Media Makers, 2013.

Elodie Lesourd, Vargsmål, 2007. Vue de l’exposition Altars of Madness au Casino Luxembourg. Courtesy Galerie Olivier Robert, Paris. © WILI – Media Makers, 2013.

Vue de l'exposition Altars of Madness avec les œuvres : Mark Titchner, So Much Noise to Make a Silence, 2008. Courtesy Vilma Gold, Londres. Damien Deroubaix, World Downfall, 2007. Museu Coleçåo Berardo, Lisbonne. © WILI - Media Makers, 2013.


Damien Deroubaix, God Listens to Slayer, installation in situ, 2013.