fr | de | en

Casino Luxembourg

Expositions

Bruno Peinado, Captcha 1-3, 2010. Installation in situ, 3 néons, transformateurs. Galerie Loevenbruck, Paris. © Roman Mensing.

Bruno Peinado, Good Stuff, the Pleasure Principle, 2010. Sculpture, 22 cartes en aluminium alvéolaire. Mudam Luxembourg. © Roman Mensing.

25.9.2010 — 9.1.2011

Bruno Peinado : CASINO INCAOS – Baroque Courtoisie

artiste(s): Bruno Peinado
curateur(s): Kevin Muhlen

L'œuvre de Bruno Peinado (*1970) se présente comme un ensemble foisonnant et expansible d'éléments hétérogènes issus de l'industrie culturelle dans son acceptation la plus large. En effet, la littérature, l'histoire de l'art, le cinéma, la musique, la publicité, la culture pop, la télévision, la bande dessinée pour ne citer que celles-là, sont autant de sources où s'alimente la pensée de l'artiste et, a fortiori, son travail. Les citations et références qu'il y puise sont détournées et réinterprétées. À l'image des réseaux de craquelures formés par l'impact du coup de poing dans un miroir, le corpus d'œuvres de Bruno Peinado s'inscrit dans un vaste ensemble constitué d'éléments qui sont liés entre eux, s'interpénètrent ou entrent en collision.

Son exposition monographique au Casino Luxembourg intitulée CASINO INCAOS - Baroque Courtoisie se construit autour de ce même principe de dynamique interrelationnelle et créatrice. Pensée dès le départ telle une installation baroque qui investirait l'espace entier du lieu, l'exposition se compose en majeure partie de nouvelles productions créées à partir de cette volonté.

Le premier acte de cette mise en place de l'exposition a été la nouvelle disposition des lettres de l'enseigne lumineuse du lieu - CASINO devenant par un jeu d'anagramme INCAOS. S'en est suivi tout un engrenage relationnel. Bruno Peinado a pensé l'exposition selon ses principes conducteurs, refusant obstinément une monstration d'œuvres pure et simple. Certaines pièces antérieures ont été revisitées par l'artiste pour les réengager dans un dialogue avec les nouvelles productions. Au-delà d'une simple fonction d'écrin ou de support scénographique, l'espace aussi participe activement à l'exposition en mettant les œuvres tantôt en lumière, tantôt dans l'ombre. Faisant fi d'un parcours d'exposition linéaire et ordonné, la proposition de l'artiste propulse le visiteur dans un véritable « chaos baroque » où l'impact visuel s'avère submergeant.

En savoir plus
partenaires

L'exposition est réalisée avec le soutien de Culturesfrance.

images

Bruno Peinado, Captcha 1-3, 2010. Installation in situ, 3 néons, transformateurs. Galerie Loevenbruck, Paris. © Roman Mensing.

Bruno Peinado, Good Stuff, the Pleasure Principle, 2010. Sculpture, 22 cartes en aluminium alvéolaire. Mudam Luxembourg. © Roman Mensing.

Bruno Peinado, Sans Titre, Les ambassadeurs, 2010. Installation in situ, anamorphose, alucobond, laque, découpe à commande numérique, néon, variateur, transformateur. Galerie Loevenbruck, Paris. © Jessica Theis.