fr | de | en

Casino Luxembourg

Expositions

Edith Dekyndt, The Soul Collector, 2011. Vidéo. Galerie VidalCuglietta, Bruxelles. © Andres Lejona.

1.10.2011 — 8.1.2012

Found in Translation, Chapter L

artiste(s): Lara Almarcegui, Juan Arata, Wojciech Bakowski, Pierre Bismuth, Aline Bouvy & John Gillis, Lucia Bru, Liudvikas Buklys, B-1010 be-DIX_TIEN, Francisco Camacho, Ludovic Chemarin ©, Koenraad Dedobbeleer, Edith Dekyndt, Simona Denicolai & Ivo Provoost, Agnès Geoffray, gerlach en koop, Jos de Gruyter & Harald Thys, Sofie Haesaerts, Saskia Holmkvist, Hedwig Houben, Ann Veronica Janssens, Eleni Kamma, Ermias Kifleyesus, Gabriel Kuri, Adrien Gary Lucca, Jani Ruscica, Robert Suermondt, Simon Starling, Pieter Vermeersch, VVORK, Freek Wambacq
curateur(s): Emmanuel Lambion

Citation antonymique d'une locution anglaise bien connue (« lost in translation »), le titre de l'exposition joue sur l'ambivalence et la polysémie du mot en anglais. Celui-ci peut en effet se traduire en français autant par « traduction » que par « translation ». Le dénominateur commun de ces deux « traductions » réside dans l'approche étymologique du terme même de « translation », qui se réfère dans son origine latine à l'action de porter / conduire quelque chose, quelqu'un ou soi-même au-delà de son contexte usuel (de transfero, translatum).

C'est ainsi que, par delà toute utilisation sémantique restrictive, le concept de translation est ici à appréhender dans un sens plus large, métaphorique, comme le déplacement subtil délibéré, d'un être, d'un signe, d'une pratique, d'une discipline ou d'un champ de connaissance, s'ouvrant à de nouvelles perspectives d'investigation, de recherche, de transmission et de perception. 

Par ce simple basculement d'une perspective ou d'un contexte donné à l'autre, s'opère en général un phénomène implicite et subtil de remise à plat, de questionnement de normes, de codes et de langages, de pratiques consacrés. Un phénomène qui, à notre sens, rend compte et caractérise bien des pratiques et recherches de l'art actuel. Par-delà toute approche générationnelle, nous nous trouvons en effet à une époque où le sens se love souvent dans l'interstice. Tout se passe comme si l'artiste créait et instillait le sens de son travail dans l'espace subtil et critique libéré par une sorte de « translation », dans le renversement, la citation, détournée ou non, la réappropriation ou le simple glissement de l'un des paramètres de l'œuvre, tant au niveau du processus de création que des dispositifs de présentation, communication ou encore de réception de celle-ci.

Loin de se restreindre donc à une approche simplement « linguistique » du terme, c'est dans un foisonnement d'axes d'interprétations du concept que l'exposition se déploie : techniques, disciplines, contexte institutionnel, media, supports, codes et langage se voient, directement ou de façon plus médiatisée, tour à tour questionnés par les œuvres des artistes invités.

Found in Translation, Chapter L
est le troisième volet d'un concept curatorial initié en janvier 2010 par Emmanuel Lambion. Chaque chapitre, identifié par une lettre index choisie de façon associative plutôt qu'alphabétique, s'intègre à un cycle qui, autour de cette problématique polymorphe, articule autant de déclinaisons spécifiques en fonction de contextes, lieux et formats différents.

En savoir plus
partenaires

L'exposition est réalisée avec le soutien de Mondriaan Stichting et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

images

Edith Dekyndt, The Soul Collector, 2011. Vidéo. Galerie VidalCuglietta, Bruxelles. © Andres Lejona.

Pieter Vermeersch, Zelfportret met bloemenhoed, James Ensor, 2010. Dyptique, acrylique sur tirage Lambda, acrylique sur MDF. Collection privée. © Andres Lejona.