fr | de | en

Casino Luxembourg

Expositions

Olivier Blanckart, Le Bitty, 1998. Installation in situ, matériaux divers. © Christian Mosar.

12.12.1998 — 21.2.1999

Gare de l’Est

artiste(s): Boris Achour, Olivier Blanckart, Sylvie Blocher, Chen Zhen, Malachi Farrell, Seamus Farrell, Florisa Haerdter, Huang Yong Ping, Sieglinde Klupsch, Koo Jeong-A, Claude Lévêque, Pascale Marthine Tayou, Sam Samore, Tsuneko Taniuchi, Wang Du
curateur(s): Hou Hanru, Enrico Lunghi

Si l'on a pu considérer, à différentes époques, Paris comme une « école » pour les artistes, il semble qu'aujourd'hui ce rôle n'est plus joué ni par la capitale française, ni par aucune autre ville dans le monde : les artistes se forment dans les lieux les plus divers et puisent leurs idées dans les contextes les plus variés.

Toutefois, un grand nombre d'artistes continuent de s'installer et de travailler à Paris et, à l'occasion d'une exposition historique sur L'École de Paris ? 1945-1964, le Casino Luxembourg n se propose de donner un aperçu de la vitalité de la scène artistique parisienne actuelle en regroupant dans Gare de l'Est une quinzaine d'artistes qui opèrent dans la capitale ou sa proche banlieue.

Le regard subjectif porté sur cette scène par les deux curateurs, Hou Hanru et Enrico Lunghi - en utilisant la Gare de l'Est comme une métaphore de la vitalité/mouvement de la vie culturelle parisienne et comme lien entre Paris et Luxembourg - permet à la fois de discerner un grand nombre de démarches individuelles, dont la plupart sont très engagées dans la réalité culturelle et sociale, et de mettre en évidence plusieurs paramètres déterminants : l'afflux d'artistes internationaux, étrangers, la persistance d'un milieu 'alternatif', relativement peu médiatisé, l'intégration de la périphérie, c'est-à-dire des artistes ayant leur base de travail en dehors de quartiers traditionnels de la vie artistique parisienne.

Même dans les pratiques les plus discrètes et les moins spectaculaires - les « actions peu » de Boris Achour ou les interventions de Koo Jeong-A - le repli sur soi et l'indifférence au cours du monde n'est guère de mise. Claude Lévêque explore avec humour et ironie l'ambiguïté et la tension entre l'espace personnel et l'espace public.

D'autres réagissent plus directement aux défis qu'impose la société avec son auto-référenciation ultra-médiatisée, son pouvoir d'aliénation de l'individu, son conformisme comportemental et intellectuel : Olivier Blanckart, Sylvie Blocher, Seamus et Malachi Farrell, Chen Zhen, Florisa Haerdter, Sieglinde Klupsch, Huang Yong Ping, Wang Du, Sam Samore, Pascale Marthine Tayou,Tsuneko Taniuchi proposent, chacun à leur manière et sans toujours renier leurs racines culturelles, des dispositifs qui renvoient à la présence du corps, aux fragiles équilibres entre vie en communauté et violence ou aux multiples facettes des pouvoirs en place et la récente reconfiguration urbaine sous les effets du changement social. Beaucoup d'entre eux sont des immigrés qui ont choisi Paris comme lieu de travail.

Gare de l'Est
consiste essentiellement en des projets conçus spécialement pour cette exposition.

En savoir plus
partenaires

Gare de l'Est a lieu parallèlement à l'exposition L'École de Paris ? 1945-1964 conçue par Bernard Ceysson au Musée national d'histoire et d'art de Luxembourg et organisée dans le cadre de la préfiguration du Musée d'Art Moderne Grand-Duc Jean.

Avec le soutien de l'Association Française d'Action Artistique et du Centre Culturel Français de Luxembourg.
En collaboration avec la Fondation Musée d'Art Moderne Grand-Duc Jean, l'Ambassade de France à Luxembourg, l'Ambassade du Grand-Duché de Luxembourg à Paris, la Ville de Paris, la Ville de Luxembourg et l'Office du Tourisme du Luxembourg à Paris.

images

Olivier Blanckart, Le Bitty, 1998. Installation in situ, matériaux divers. © Christian Mosar.