fr | de | en

Casino Luxembourg

Expositions

5.6.1997

Jacques Charlier – La surface de l’art

artiste(s): Jacques Charlier
curateur(s): Enrico Lunghi, Jean Luc Koltz, Paul Reiles

L'essentiel est de savoir choisir.
Les uns préfèrent le nouveau, le moderne, le top, le design à tout crin. Les autres penchent pour l'ancien, le classique, le rétro, le retapé, le recyclé.
Nettoyer un tableau assombri par la fumée et craquelé par le temps, lui rend un éclat originel, qui nous donne l'illusion de le voir « comme au moment où il fut conçu ».
De même en architecture, une façade restaurée et sablée donne l'impression d'être redécouverte avec les yeux de ceux qui l'ont bâtie.
Par contre, si on décide de créer un nouveau bâtiment, l'architecte confond souvent la fonction avec le superflu technologique et les signes esthétiques inutiles.
Il en est de même dans le monde de l'art, où l'avant-gardisme dominant et ravageur, hésite entre l'esthétique révolue et le post-modernisme infantile. Fasciné par l'académisme de façade et l'idéologie de surface, il persiste à ignorer la réalité sociale, ses aventures, ses risques et ses bouleversements.

Jacques Charlier

images