fr | de | en

Casino Luxembourg

Expositions

Jim Shaw, Distorted Face, 1984. Huile sur toile. Collection Cameron Striewski, Los Angeles. © Christian Mosar.

8.5 — 4.7.1999

Jim Shaw – Everything Must Go 1974–1999

artiste(s): Jim Shaw
curateur(s): Noëllie Roussel, Fabrice Stroun

Du 8 mai au 4 juillet 1999, le Casino Luxembourg présente Everything Must Go 1974-1999, première rétrospective le l'œuvre de Jim Shaw, artiste américain né en 1952 dans le Michigan et vivant à Los Angeles.

Everything Must Go 1974-1999
contient toutes les principales périodes de création de Jim Shaw : les œuvres réalisées à l'Université de Michigan (1974-1978), dont des travaux de la période Destroy All Monsters, le groupe de rock expérimental que Jim Shaw fonda avec Mike Kelley dans les années 1970 ; des livres d'artistes et des travaux photographiques ; les Distorted Faces (1981-1984), un ensemble de peintures et de dessins en noir et blanc représentant des portraits déformés de personnalités célèbres et autres publiés dans une brochure qui parodie le « National Enquirer », et les principales séries de dessins et de peintures : My Mirage (1986-1991), Dreams (série commencée en 1993), Black Narcissus (1992), un ensemble de 300 photos représentant l'artiste en train de faire des grimaces, ou encore les Thrift Store Paintings, un ensemble de 350 tableaux trouvés dans les « Thrift Stores » que Jim Shaw collectionne depuis 25 ans.

Dans la célèbre série My Mirage, composée de plus de 170 dessins, tableaux, sculptures, dessins animés et vidéos, il raconte l'histoire et les déboires, retrace les désirs, les obsessions et les traumatismes de Billy, un jeune adolescent américain blanc middle-class pris dans le tourbillon des années 60 et 70. Billy, qui en partie représente l'alter ego de l'artiste, n'en reste pas moins un personnage fictif, en quête de sens à donner à la vie, la religion, la sexualité.

Au départ la série intitulée Dreams était une méditation sur l'adhésion à la révolution surréaliste et les possibles effets du solipsisme. Ces réflexions évoluèrent ensuite en un système parallèle de documentation de ses rêves et la réalisation d'œuvres d'art imaginées en rêvant. Une partie de ces documentations de rêves a été rassemblée dans un recueil intitulé Dreams, publié par Smart Art Press (1995).

En savoir plus
partenaires

L'exposition est organisée en coproduction avec le MAMCO de Genève.

images

Jim Shaw, Distorted Face, 1984. Huile sur toile. Collection Cameron Striewski, Los Angeles. © Christian Mosar.