fr | de | en

Casino Luxembourg

Expositions

L.A. Raeven, This is not me, 2012. Installation in situ, mannequin. Ellen de Bruijne Projects, Amsterdam. © Andres Lejona.

L.A. Raeven, Ideal Individuals, vue de l'exposition. © David Laurent.

L.A. Raeven, Liesbeth & Angelique Raeven © David Laurent

28.1 — 22.4.2012

L.A. Raeven – Ideal Individuals

artiste(s): L.A. Raeven
curateur(s): Kevin Muhlen

Les sœurs jumelles Liesbeth et Angelique Raeven (*1971, Heerlen, Pays-Bas ; vivent et travaillent à Amsterdam) ont débuté leur collaboration artistique sous le nom générique de L.A. Raeven en 1999. Leur travail repose sur des investigations autour de la notion de « l'individu idéal », qu'elles analysent à travers des vidéos, dessins, installations et performances. L.A. Raeven interrogent le statut du corps et de son image au sein de la société occidentale ainsi que les pressions sociales inhérentes. Adoptant une attitude farouchement critique face aux dictats de la mode et des médias, elles défient les représentations traditionnelles de la beauté féminine en intégrant les codes de cette même société afin de mieux les mettre à nu. Ce faisant, un débat face aux questionnements liés à l'image du corps idéal ainsi que sa construction sociale, au sein de différents contextes culturels et historiques, est mis en place.

En 2001, L.A. Raeven présentent pour la première fois une installation vidéo (Wild Zone 1) où elles se mettent en scène dans un autoportrait complexe inspiré par la notion deleuzienne du « social outsider ». Marquées par les troubles alimentaires dont elles souffrent depuis leur jeunesse, les jumelles y affichent ostentatoirement leurs corps squelettiques au teint blafard, renvoyant ainsi non seulement l'image d'elles-mêmes mais également celle de la société d'aujourd'hui. Là où l'extrêmement mince est prônée par l'industrie de la mode, l'individu idéal, tel qu'il est aspiré en particulier par les jeunes filles, peut engendrer des risques pour la santé. Dérangeante et ouvertement provocante, la vidéo a été violemment critiquée - autant de réactions qui prouvent que l'œuvre de L.A. Raeven touche sensiblement l'air du temps. Elles-mêmes n'hésitent pas à qualifier leur travail de « terrorisme esthétique ».

Toujours dans l'exploration de l'autobiographique, L.A. Raeven thématisent également « l'être jumeau » et la relation symbiotique ou fusionnelle unissant les deux sœurs. Entre l'amour et la dépendance qui les lie, la quête d'individuation et de différentiation peut s'avérer parfois douloureuse. En même temps, leur pratique artistique commune sous la dénomination L.A. Raeven s'affirme comme une réaction à l'encontre de leur identité en tant que sœurs jumelles ainsi que des stéréo­types sociaux les identifiant comme un seul être.

La rétrospective L.A. Raeven - Ideal Individuals au Casino Luxembourg fait suite à deux expositions monographiques au Museum of Modern Art à Arnhem (2010) et au Museum of Contemporary art à Belgrade (2011), et représente à ce jour la monstration la plus complète de leur œuvre.

En savoir plus
partenaires

L'exposition a été réalisée avec le généreux soutien de Mondriaan Stichting.
En collaboration avec le Lycée technique hôtelier Alexis Heck, Diekirch et le Lycée Technique de Bonnevoie.

images

L.A. Raeven, This is not me, 2012. Installation in situ, mannequin. Ellen de Bruijne Projects, Amsterdam. © Andres Lejona.

L.A. Raeven, Ideal Individuals, vue de l'exposition. © David Laurent.

L.A. Raeven, Liesbeth & Angelique Raeven © David Laurent

L.A. Raeven, Wild Zone 1, 2001. Vidéo en double projection. Collection MMK, Amsterdam. © Andres Lejona.

L.A. Raeven - Ideal Individuals, vue de l'exposition. © Andres Lejona.

L.A. Raeven, Mindless Living, 2005. Vidéo sur écran intégré  à un fauteuil. Ellen de Bruijne Projects, Amsterdam. © Andres Lejona.