fr | de | en

Casino Luxembourg

Expositions

Carlos Amorales, Black Cloud, 2007. Installation in situ, 5000 papillons de nuit en papier. Diane and Bruce Halle, Scottsdale (USA). © Christian Mosar.

Tessa Farmer, The Resurrection of the Rat, 2008. Installation in situ, boîte en Plexiglas. Spencer Brownstone Gallery, New York. © Christian Mosar.

Victor Man, The Maneuver, 2005. Huile sur toile montée sur bois, acrylique sur acétate. Galerie Johnen + Schöttle, Cologne. © Christian Mosar.

19.4 — 29.6.2008

Locked In - The Visible

artiste(s): Carlos Amorales, Pierre Bismuth, Michaël Borremans, Heather & Patrick Burnett-Rose, Mircea Cantor, Sebastián Díaz Morales, Tessa Farmer, Miklos Gaál, Douglas Gordon, Antony Gormley, Sagi Groner, Nanna Hänninen, Thomas Hirschhorn, Boukje Janssen, Jesper Just, Victor Man, Melik Ohanian, Marilène Oliver, Stéphane Pencréac’h, Victor Răcătău, Jérôme Schlomoff, Speak UP!Tanja Nellemann Poulsen & Grete Aagaard, Yves Trémorin, Vera Weisgerber, Guido van der Werve
curateur(s): Maria Rus Bojan, Philippe Hardy

L'exposition Locked In entend initier une réflexion sur les représentations contemporaines de l'homme dans le contexte de l'expansion continuelle du champ de la visibilité. Dans son acception contemporaine, le terme de « visibilité » sous-entend des phénomènes fortement connotés tels qu'exposition, mise à nu et intrusion. Dans le discours public actuel, la visibilité est volontiers présentée comme un garant de la transparence démocratique, alors qu'elle sert par ailleurs à camoufler la prolifération incontrôlée des dispositifs de surveillance et l'accumulation de pouvoir. Il semble dès lors important et légitime de traquer les significations et conséquences ambivalentes de la démocratisation des images et de l'état de transparence généralisée. L'exposition Locked In part du constat que l'art contemporain nous fournit les outils pour comprendre les mutations complexes de la société, parce qu'il est en mesure de dévoiler des aspects de la réalité qui se soustraient à tous les autres moyens d'expression.

Locked In propose une lecture différente de la réalité, qui considère l'œuvre d'art comme un « écran de la conscience » sur lequel se manifestent de manière exagérée les vérités et peurs latentes qui hantent les strates profondes de la conscience collective. Dans cette vision des choses, les œuvres d'art ne se contentent plus d'agir comme des révélateurs de significations cachées, mais assument une fonction éthique en faisant apparaître les tenants et les aboutissants des stratégies et de l'exercice du pouvoir au sein des sociétés contemporaines.

Locked In décrit un « syndrome » collectif de notre époque : le sentiment d'être « enfermé dans le visible », sans moyen ni volonté de réagir et de changer l'état des choses. L'exposition décrit un individu ravalé au rang de ressource, programmé pour fonctionner à la fois comme un relais ou communiquant entre deux modes de visibilité et un nouveau « médium » utilisé à des fins de dissémination de messages et d'informations. Plutôt qu'un nouvel anthropomorphisme ou une quelconque Renaissance, la récurrence de la figure humaine dans le discours contemporain indique alors les états paradoxaux d'infra-visibilité et de trans-visibilité, de « figurance » et d'« enchevêtrement dans le visible », une condition insinuée par la métaphore du titre de l'exposition. En réaction à la surabondance de significations et d'images, l'exposition entend également questionner la sanité de l'ordre symbolique présent, soulignant l'urgence que ressentent les artistes contemporains à reconsidérer les notions mêmes d'image et de représentation.

Locked In propose une sélection de 40 œuvres de 27 artistes travaillant dans des médias aussi divers que la sculpture, la peinture, l'installation, la photographie et la vidéo. L'homme contemporain est au centre des démarches de ces artistes, présenté comme un habitant de réalités différentes, une « interface » avec le monde, tiraillé entre l'irrésistible injonction du multitasking et le besoin d'une perception unifiée du monde. En tant qu'archives ou manifestes contre la disparition de la subtilité et de l'intentionnalité dans notre existence, ces œuvres rendent compte dans toute leur diversité d'un tournant décisif dans l'histoire de l'humanité.

En savoir plus
images

Carlos Amorales, Black Cloud, 2007. Installation in situ, 5000 papillons de nuit en papier. Diane and Bruce Halle, Scottsdale (USA). © Christian Mosar.

Tessa Farmer, The Resurrection of the Rat, 2008. Installation in situ, boîte en Plexiglas. Spencer Brownstone Gallery, New York. © Christian Mosar.

Victor Man, The Maneuver, 2005. Huile sur toile montée sur bois, acrylique sur acétate. Galerie Johnen + Schöttle, Cologne. © Christian Mosar.

Antony Gormley, Mass, 2006. Sculpture, tige en acier inoxydable. White Cube, Londres. © Christian Mosar.

Jérôme Schlomoff, Amsterdam Reconstruction, 2007. Vidéo. Filmbank Amsterdam. © Christian Mosar.

Thomas Hirschhorn, Mannequins reliés, 2006. Installation in situ. Galerie Chantal Crousel, Paris. © Christian Mosar.